Belle performance de la 160 aux 12 heures de Magny Cours de Fun Cup

PMA_2393

Les 12 heures de Magny Cours sont traditionnellement LA répétition des 25 heures de Spa Francorchamps qui se déroule un mois plus tard. Une répétition, parce que la course sur le circuit de la Nièvre se déroule sur 12 heures sans interruption. A une demi-heure près, c’est la moitié de sa grande soeur belge. Répétition également dans le sens, ou les 12 heures de Magny Cours se déroulant de 12H00 à minuit, le samedi, il y a pilotage de nuit avec les phares pour ne pas être « perdu » pour la nuit entière des 25 heures.

PMA_1992

La 160 se lance pour ses premiers tours de roues sur le circuit de la Nièvre – 12 heures de Magny Cours 2017

Seul problème – à nos yeux – des 12 heures de Magny Cours, c’est le format « condensé » sur une journée. En effet, les écuries s’installent dans le paddock le vendredi soir, et les essais commencent le lendemain à 8 heures pour 3 heures d’essais….qualificatifs. pas de séance d’essais libre. A 11H00, les voitures rentrent des les garages pour en ressortir à ….11H45 pour la mise en pré-grille, avec départ de la course à 12H00 précise. Si les voitures arrivent en retard sur la grille de départ, la course est amputée d’autant, car elle doit impérativement être « arrêtée » à minuit, pour ne pas gêner le voisinage. Il est bien entendu que cette course ne pourrait avoir lieu le dimanche – comme la plupart des autres courses de Fun Cup – puisque dans ce cas, il faudrait stopper la course à 18H00 pour ne toujours pas indisposer le voisinage et ….les écologistes. Rappelons pour clore le sujet, que le circuit n’est pas tout neuf sur son site actuel, puisqu’il a été inauguré en …1961. Arrêtons là les digressions politico-sociétales pour revenir à des considérations plus sportives.

PMA_2023

La 160 de retour aux stands pendant les essais – 12 heures de Magny Cours 2017

La saison passée, la 160 avait connu quelques malheurs en début de course suite à un accident, et avait été stoppé plus d’une heure aux stands pour effecteur les réparations utiles et nécessaires à sa remise en piste. Reparti bon dernier, l’équipage de la voiture – alors aux couleurs de mobility Tech Green – avait fait du roulage remontant de la fin du classement pour finir dans la fin du classement en 50ème position. pas brillant, mais les faits de course sont souvent difficiles. L’ambition de cette année, donc, était d’être mieux classé à l’issue de la course. Pour ce faire, la 160 était pilotée par pascal ROUX, Charles EMME et Stéphane TREMIER, en l’absence de Didier HOUAL retenu par une compétition de natation. Ambition légitime au vu du résultat de la dernière course – 8 heures du Mans – où la voiture de Formula Concept avait décroché une belle 19ème place avec le même équipage. Ambition redoublée par le classement général avant la course en terres nivernaises, où la 160 pointait en 20ème position au classement.

PMA_1990

La 160 en version « Magny Cours 2017 » – 12 heures de Magny Cours 2017

La voiture désormais bleue et noire arrivait sur le circuit de Magny Cours sans gros changement apparent par rapport au début de saison. Seuls quelques réglages de suspensions avaient été opérés sur demande insistante de Charles EMME. Des modifications qu’il était possible de….re-modifier rapidement le cas échéant.

Comme à l’habitude, c’est Pascal qui a pris le volant pour les premiers tours d’essais dès 8 heures du matin. Après un tour de vérification, les choses sérieuses commençaient avec des enchaînements de tours plus soutenus. A sa descente de voiture, le verdict était plutôt positif pour le pilote rennais qui confirmait le bien fondé des réglages effectués à l’atelier. Charles en second, puis enfin Stéphane prenaient la suite et se familiarisaient avec le « nouveau » comportement de la voiture. Toutefois, avec 62 voitures inscrites, le trafic était dense, malgré la longueur du circuit, et trouver un tour clair relevait du miracle.

PMA_2070

Plus de 60 voitures engagées – 12 heures de Magny Cours 2017

La performance aux essais n’étant pas le point fort de l’équipage de la 160, celle-ci se retrouvait en 59ème position sur la grille de départ, avec un meilleur tour réalisé par Pascal ROUX. Mais, si les pilotes Formula Concept ne sont pas des foudres de guerre aux essais, généralement leur stratégie de course, leur régularité et l’homogénéité de l’équipage permettent quelques beaux résultats en course. Et puis, n’est ce pas la vocation de la Fun Cup de permettre à des « gentlemen » de rouler sur circuit ?

Pour la 160, les essais s’arrêtaient avec un 1/4 heure d’avance sur l’horaire officiel, pour permettre aux mécaniciens de remettre la voiture en configuration « course ». Changement de plaquettes de frein, montage de pneumatiques neufs, plus diverses vérifications nécessaires au bon fonctionnement de la voiture. Vérifications d’autant plus nécessaires que l’oeil aguerri de Charles EMME détectait un problème de fissure sur le mat d’aileron qu’il fallait solutionner avant le départ de la course. « JP », avec son efficacité habituel s’employait activement et solutionnait le problème par une réparation de fortune qui tiendra jusqu’à la fin de la course. « Nous n’avons pas le temps de changer le mat d’aileron indiquait « JP », puis d’ajouter nous allons renforcer celui-ci. 

PMA_2615

La 160 aura roulé plus de 10 heures sans aileron – 12 heures de Magny Cours 2017

11H47, la voiture était prête à aller rejoindre sa place sur la grille de départ. Malgré un meilleur temps signé par Pascal ROUX, il fut décidé que ce serait Charles qui prendrait le départ. La voiture quittait le stand pour effectuer le tour de mise en formation, tandis que le reste de l’équipage et les mécaniciens rejoignaient l’emplacement de la 59ème place sur la grille. L’attente se faisant anormalement longue et chacun y allait de son hypothèse la plus alarmiste. Quand soudain, la 160 apparut – quelque peu au ralenti – et avec un aileron dont les vibrations à l’oeil nu laissait penser que la réparation de « fortune » n’avait pas tenu un tour. Que nenni. Un incident de sortie de stand avait endommagé la partie arrière de la voiture. 

« J’ai pris la ligne des stands pour rejoindre mon emplacement sur la grille de départ indique Charles EMME quand j’ai vu dans mes rétroviseurs que le capot s’était ouvert. Puis d’ajouter, je me suis arrêté, je me suis « désanglé » et j’ai refermé la capot. Tout en précisant, mais le mal était fait ». Effectivement, les stigmates de l’aventure du capot laissaient apparaître un mat d’aileron en piteux état, et quelques marques sur le capot. Plus de peur que de mal, mais quand même. On n’insistera pas sur le format de la journée, mais 45 minutes entre la fin des essais et le départ de la course……

12H00, le tour de chauffe effectué, la course lancée, les 62 voitures partaient pour 12 heures de course. D’habitude, en Fun Cup, les ravitaillements sont encadrés et se deroulent toutes les 40 minutes. A Magny Cours, comme la course dure 12 heures, les ravitaillements sont libres,  la condition de ne pas rouler plus de 2H consécutives par pilote. Le réservoir permettant de rouler 1H25 sans repasser à la pompe, la stratégie de la 160 fut calée sur la capacité du réservoir. Bien entendu, en cas de safety car (et cela arrivera !), le temps de conduite peut être prolongé pour décaler d’autant l’arrêt prévu.

PMA_2750

Ce premier relais de Charles fut épique. Départ prudent attendu, départ prudent effectué, mais véloce malgré tout. A l’issue du 10ème tour, la 160 pointait déjà en 45ème position. Première interruption de course, avec l’entrée en piste du safety car pour permettre de retirer une voiture d’un bac à gravier. Quelques tours de gagné sur la consommation, et les spécialistes d’excel qui s’en donnaient à coeur joie pour repositionner les ravitaillements futurs. Lorsque la course fut relancée, les voitures reprirent le rythme de la course. Las, pour la 160, la direction de course sanctionna « un dépassement sous relance de safety car », donc une manoeuvre interdite. La sanction tomba dans la foulée….. »Drive Throught ». En clair, la voiture doit repasser par la ligne des stands à 50 km/h, sans s’arrêter. Pour ce faire, la direction de course indique à l’entrée de ces stands le numéro de la voiture sanctionnée. Malheureusement, Charles ne vit pas l’indication des commissaires et continua sa remontée. L’initiative fut prise de lui passer « box » pour le faire rentrer et effectuer sa sanction. Heureusement car le Directeur de course venait sermonner l’équipe et la sanction suivante eut été bien plus lourde. La 160 prit la voie des stands – lui faisant perdre au passage quelques places – mais l’incompréhension entre l’équipe dans le stand et le pilote seul dans sa voiture fit que Charles eut le mauvais réflexe de s’arrêter…..à la pompe pour remettre le plein. Bien entendu, la sanction du « drive trhought » n’autorise pas la manoeuvre. Conséquence immédiate, un nouveau « drive trhought » fut présenté au pilote de la voiture, qui cette fois l’effectua dans les règles du…règlement. Mais la voiture avait perdu de nombreuses places au passage. Néanmoins, pas démotivé, Charles continua sur sa lancée pour ramener la voiture en 49ème position à l’issue de son relais. Le problème du capot moteur n’ayant pu être réparé – faute de temps – sur la grille de départ, le premier arrêt aux stands fut l’occasion de venir renforcer l’aileron avec une….sangle. Stéphane puis Pascal prirent la suite pour positionner la voiture en 39ème position après  heures de course.

PMA_2584

Stéphane TREMIER en bagarre sur la piste – 12 heures de Magny Cours 2017

Les tours se sont ensuite enchaînés sans trop de difficultés, la voiture remontant lentement mais surement au classement général. Il faut dire que l’équipage aux aguets des faits de course utilisa toutes les subtilités de la stratégie pour perdre le moins de temps possible en dehors de la piste. A cet effet, Stéphane s’arrêtera deux fois pour ravitaIller sous safety car.

Lors de son second relais, Pascal – moins en forme que lors du premier  – eu maille à partir avec un concurrent en perdition qui vint heurter le coté gauche de la 160. plus de peur que de mal. Capot avant endommagé, mais voiture fonctionnelle, la course pouvait continuer. « Il est arrivé à l’agonie, les roues bloquées, j’étais sur ma trajectoire, le contact était inévitable précise Pascal ROUX, puis d’ajouter, je n’ai pas perdu de temps. J’ai vu que le capot était endommagé et bougeait, mais le comportement de la voiture n’était pas altéré, j’ai continué pour éviter un arrêt aux stands ». bien lui en a pris, puisque la voiture finira la course dans cet état. A l’issue de ce second relais, Pascal ramena la voiture en 28ème position, et malgré une voiture en état, le choc à l’avant gauche eut raison des dernières fixations de l’aileron. La décision fut prise de le supprimer tout simplement pour le reste de la course.

PMA_2123

La 160 privée de son aileron – 12 heures de Magny Cours 2017

La remontée continuait. Pascal devait normalement reprendre la volant pour un dernier run, Stéphane terminant la course pour rouler de nuit en prévision de sa participation à ses premières 25 heures de Spa.

PMA_3459

Les stigmates du choc latéral en course – 12 heures de Magny Cours 2017

Mais c’était sans compter sur une énième changement de stratégie. La voiture retombée en 30ème position à moins de 4 heures de la fin de course, et talonnée par la voiture « soeur » de l’équipe Zosh la numéro 29, n’étant devancée que d’un tour par les deux voitures la précédant. La calculette dans une main, une boule de cristal dans l’autre, toutes les hypothèses furent envisagées. Et la décision fut prise de laisser Charles en piste le plus longtemps possible avant d’être relayé par Stéphane à 22H00 pile, pour lui permettre de rouler les 2 heures autorisées, et de ne ravitailler que dans la dernière demi-heure de course sans changer de pilote, et ainsi gagner de nombreuses secondes au classement.

PMA_2933

A 22H04, la 160 stoppait pour la dernière fois à son stand, Charles était extrait par les mécaniciens et Stéphane partait pour l’ultime relais de la course. A sa descente de voiture, la fatigue marquait le visage de Charles EMME. « Je n’en pouvais plus confirmera Charles, j’ai essayé d’être aussi efficace que possible, mais le relais me paraissait interminable ». Il faut dire que Charles venait de passer 1H50 dans la voiture.

Stéphane prudent pour ses premiers tours de roues dans la nuit de Magny Cours n’en gardait pas moins un rythme élevé, gardant à distance la numéro 29, et reprenant du temps sur les voitures devant lui. Bien évidemment, à l’approche de la dernière demi-heure de course, Stéphane attendait  un safety car pour rentrer ravitailler en perdant le moins de temps possible. Ce safety n’arrivera pas, et le stand passa le panneau « Fuel » pour lui intimer de rentrer faire le plein et ainsi finir la course.

 

Dernière demi-heure de qualité, stratégie décalée par rapport aux voitures précédant et suivant la 160, et la voiture aux couleurs de Who drives passa la ligne d’arrivée à 0h02, en 27ème position. Pari gagné pour toute l’équipe qui pensait déjà à la course belge du mois prochain.

PMA_3388

Un classement qui satisfait tout le monde…- 12 heures de Magny Cours 2017

 

Une belle performance malgré quelques petits problèmes sur la grille de départ, et une interprétation du règlement qui reste perfectible. Il n’empêche, les années se suivent et ne se ressemblent pas. 23 places de gagné en 12 mois, vivement l’année prochaine !

PMA_2841

Stéphane TREMIER, une belle course….Un peu fatigante ? – 12 heures de Magny Cours 2017

PMA_3359

La 160 obtient une belle 27ème place en course – 12 heures de Magny Cours 2017

Article : FC

Photos : FC

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s