8 heures de Dijon 2016 : De la pluie, de la boue, de la glisse !

DSC_7887

Le titre de cet article résume à lui seul le weekend de Dijon, à l’exception de la séance d’essais du vendredi qui s’est déroulée en partie sur le sec.

Nous ne reviendrons pas sur le déroulement des essais et des courses que vous avez pu suivre par ailleurs, nous nous contenterons d’établir un bilan de ces deux courses au pays de la moutarde.

DSC_7956

La 160 à la lutte en course – 8 heures de Dijon 2016

Comme l’a souligné Jean René Defournoux, lors des essais qualificatifs, l’écurie Zosh Compétition n’avait jamais connu une course entière (en l’occurrence deux à Dijon) sous la pluie. « Ils nous étaient déjà arrivés de faire une partie de course sous la pluie, précise le Boss du team, mais jamais la totalité ». Comme il faut bien un début à tout…..c’est ce weekend qui a inauguré cette première.

Pour les pilotes de la 160, la seule fois ou la pluie s’était abattue « drue », c’était au Mans en essais privés en 2014. « Un très mauvais souvenir, précise Pascal ROUX, je ne m’étais vraiment pas amusé ». Et bien à Dijon, pas le choix. Il a fallu composer avec de la pluie partout sur le circuit et tout le temps, de la boue à certains endroits, due notamment aux nombreuses sorties de piste de quelques voitures incontrôlées, et les deux réunis (la pluie et la boue !) ont permis à de nombreuses voitures de glisser plus que d’ordinaire.

DSC_7846

Quelques stigmates de sorties de piste sur la 160 – 8 heures de Dijon 2016

Au niveau des résultats sportifs – à proprement parlé – on ne peut pas dire que figurer au delà de la 30ème place dans les deux courses étaient l’ambition de départ. Tout es relatif, mais après la bonne performance de Spa, en début de saison (17ème français – NDLR), le team s’attendait à ce que la 160 figure plutôt dans les vingt cinq premiers. Loupé !

« Si on doit justifier cette contre performance, nous explique Pascal ROUX, je vous deux raisons principales. Et d’ajouter, en premier lieu, la pluie. On a eu l’espoir qu’elle ne dure que quelques heures, on l’a eu tout le weekend, et ce n’est pas notre spécialité. Ensuite, l’an passé, on a roulé sur ce circuit avec l’Evo1, et on a donc du revoir notre pilotage avec l’Evo3 de 2016, la pluie en plus…. »

DSC_7492

Stéphane TREMIER et Bruno QUILY prennent connaissance du circuit sur « tableau » avant de prendre le volant de la 160 – 8 heures de Dijon 2016

Certes donc la 37ème place dans la course 1 et la …37ème place dans la course 2 ne sont pas les résultats qui étaient attendus en arrivant sur le circuit de Dijon, mais le bilan n’est pas aussi négatif qu’il n’y parait. D’abord, la voiture n’a connu aucun souci mécanique. Cela prouve encore une fois la qualité de la préparation du team Zosh Compétition entre les courses. Ensuite, malgré des conditions de piste parfois compliquées, la voiture n’a pas subi de dommages de carrosserie trop marqués. Un frottement de l’aile arrière gauche en course, et un « spoiler » avant endommagé lors des essais. Rien de plus. Et pour d’aucun, c’était l’ambition première, à l’image de Bruno QUILY qui nous avait rejoint pour la sa première course de la saison. « Je n’ai jamais roulé sous la pluie précise Bruno, et je n’en menais pas large dans les premiers tours sous la pluie. Et d’ajouter, ça s’est amélioré tout au long du weekend, mais je me suis fixé comme ligne de conduite de ramener la voiture intacte, à chaque fois que je montais dedans ». Sage décision qui a évité aux mécaniciens de faire des heures supplémentaires pendant le weekend.

DSC_7901

Toutes les voitures n’ont pas réussi à rester sur la piste – 8 heures de Dijon 2016

Enfin, il reste un dernier point positif, et pas le moindre. A tourner tout le weekend sous la pluie, les pilotes de la 160 qui n’avaient pas d’appétence particulière avec la pluie, ont fini au fil des tours par se familiariser avec la piste mouillé (voir détrempée en certaines occasions) , de prendre leur repère et aux dires de certains de s’amuser dans ces conditions difficiles. C’est probablement un bon « training » pour les courses à venir, si d’aventure il devait pleuvoir. « Au début, j’étais perdu nous indique Charles EMME, mais après quelques tours, je me sentais mieux dans l’auto et sous la pluie. Ca s’est d’ailleurs amélioré tout au long du weekend. Je ne suis pas mécontent du résultat ». Il peut être satisfait « Napoléon », il a réalisé les meilleurs chronos de la 160 tout au long du weekend, et s’est imposé à ses équipiers dans le championnat interne aux pilotes de la 160. Il rejoint ainsi après deux courses Fred MOUGIN, l’intérimaire de Spa.

DSC_8039

La 160 n’a pas toujours été aux avants postes – 8 heures de Dijon 2016

Au final, la 160 pointe à la 24ème place du classement du championnat. Un moindre mal, et il reste encore 5 courses pour remonter dans la hiérarchie. Avec les progrès réguliers des acteurs de la 160, nul doute que les performances vont suivre. A commencer par la prochaine course qui se déroulera au Mans (un format de 8 heures non stop), au cours de laquelle Didier HOUAL, le meilleur pilote « Formula Concept » en 2015 fera sa rentrée 2016.

Article : FC

Photos : FC

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s